Calmer les conflits entre frères et sœurs

Sommaire

Calmer les conflits entre frères et sœurs

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

« La jalousie fraternelle est structurante » disait Françoise Dolto. En effet, elle aide l'enfant à grandir, s'affirmer, tester ses relations aux autres, etc. Les disputes sont une école de la vie : plus tard les enfants qui ont fait l’expérience de l’agressivité sauront transformer celle-ci pour entrer en relation avec autrui. Alors comment réagir en cas de dispute entre frère et sœur ?

1. Les erreurs à ne pas commettre, en dehors des disputes

  • Faire des comparaisons : vous risquez de créer des rivalités ou de frustrer certains de vos enfants.
  • Ranger vos enfants dans des cases : elle est timide, il est colérique, etc. Ils vont vouloir ressembler à ce que vous déclarez et les enfants vont l'utiliser entre eux.
  • Passer plus de temps avec l'un qu'avec l'autre : essayez au contraire d'être équitable (le mieux est d'ailleurs qu'un temps en tête à tête soit possible avec chacun des enfants).
  • Ne pas les laisser s'exprimer surtout quand le sentiment est négatif : l'enfant doit se sentir écouté.
  • Vous disputer souvent avec votre conjoint : l'exemple à suivre sera celui-ci !
  • Ne pas féliciter les enfants : on a tendance à dire ce qui ne va pas mais on ne verbalise pas ce qui va. Obligez-vous à le faire !
  • Ne pas fixer de règles : il doit être clair par exemple que « dans cette maison, il est interdit de frapper autrui ».

2. Désamorcez l'énervement de vos enfants

Essayez de repérer les moments où les disputes ont pour habitude de se déclencher et cherchez à rendre ces moments moins propices.

Par exemple, si les disputes arrivent après l'école, peut-être est-ce parce que vos enfants ont besoin de « décharger » les émotions accumulées pendant la journée. Par conséquent, essayez de les faire parler de leur journée pour qu'ils puissent décharger autrement qu'en se disputant.

Chaque enfant doit pouvoir s'isoler. S'ils n'ont pas chacun leur chambre, permettez-leur d'emprunter la vôtre ou le bureau, etc.

3. Réagissez en cas de dispute

D'abord, vous n'avez pas à intervenir à chaque dispute :

  • Surveillez, laissez-les se débrouiller seuls pour régler leur différend, sentez le moment où il faut vraiment intervenir.
  • Sachez que si vous intervenez souvent, vous deviendrez naturellement l'arbitre de leurs disputes.

Il vaut mieux être un médiateur. Comment ? Si vous sentez qu'il faut intervenir :

  • Demandez à chacun des enfants impliqués d'exposer le problème.
  • Reconnaissez le problème en reformulant les différents points de vue.
  • Dites-leur que vous leur faites confiance : chacun peut proposer des solutions pour sortir de ce conflit.
  • Puis laissez-les trouver leur propre solution.
  • Ne prenez pas parti pour l'un ou l'autre, ne vous prononcez pas, ne les culpabilisez pas non plus.

Si les disputes sont récurrentes et toujours sur le même sujet :

  • Déclenchez un conseil de famille. Chacun s'y exprimera (y compris vous en ces termes : je suis gêné(e) par…).
  • Reformulez les versions des différents enfants.
  • Demandez-leur ensuite de trouver une solution, choisissez ensemble la solution à adopter.
  • Puis proposez une réunion pour faire le point sur ce problème.

4. Intervenez en cas de bagarre

  • Décrivez ce que vous voyez : « je vois deux enfants qui se mordent ».
  • Rappelez tout de suite la règle édictée : « Dans cette maison, il est interdit de se mordre ».
  • Séparez les enfants pour qu'ils se calment.
  • Quand ils sont calmés, revenez sur le conflit comme pour une dispute.