Conseils pour éviter la crise du soir avec les enfants

Sommaire

Conseils pour éviter la crise du soir avec les enfants

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Que les enfants soient excités, fatigués ou se réveillent au milieu de la nuit, le soir est un moment où les tensions de la journée se relâchent et où la patience des parents est souvent mise à l'épreuve. Nos conseils pour essayer de rendre ce moment plus agréable pour tous.

1. Pleurs au coucher : gérer la crise des enfants

Le moment du coucher peut devenir problématique à partir de 2 ans et jusqu'à 10 ans parfois. Pour comprendre pourquoi et trouver des solutions, voici nos recommandations.

Anticiper le coucher

Anticipez ce moment du coucher en calmant le rythme :

  • évitez les écrans (ordinateur ou télévision) en fin de journée ;
  • 30 minutes avant le coucher, toute activité qui excite doit être bannie. Au contraire, tout doit aider à se calmer (éteignez la télévision, mettez une musique douce, tamisez les lumières, ne parlez pas avec emportement…).

Respecter un rythme stable

Pour réussir à faire du soir un moment détendu :

  • Couchez l'enfant toujours à la même heure et au même endroit.
  • Instaurez un rituel du coucher : les mêmes gestes dans un ordre bien établi doivent se répéter. Pyjama, dents, pipi, dodo !

Préparer l'enfant au sommeil

Donnez au sommeil un rôle positif et trouvez des images rassurantes : le sommeil est le moment des rêves, du repos pour avoir de l'énergie le lendemain, etc. Si vous le punissez, ne l'envoyez pas au lit, ce lieu sera associé à des idées négatives et son sommeil pourra être perturbé.

Posez-vous 5 minutes avec votre enfant avant de le laisser seul. Faites ensemble une activité calme : lecture, chanson, discussion, ombres chinoises… Ne choisissez pas ce moment pour lui faire des reproches !

S'il a des angoisses :

  • pour la peur des cauchemars, laissez-lui un objet magique qui le protègera (à trouver ou à fabriquer avec lui), et invitez-le à visualiser de jolies scènes rassurantes ;
  • pour les terreurs nocturnes, laissez-lui un vêtement qui sent votre odeur ou celle de votre compagne ou compagnon.

2. Crise du soir chez les nourrissons

Les pleurs à la tombée de la nuit se déclenchent entre 18 et 20 heures et peuvent durer plusieurs heures. Ils sont fréquents chez les nourrissons de 1 à 3 mois.

Ils témoignent que bébé a vécu beaucoup de stimulations auditives et visuelles, beaucoup de frustrations et qu'il arrive à saturation, qu'il ne sait plus gérer, qu'il se défoule. Ces pleurs sont aussi dus à la difficulté que bébé a à trouver le bon rythme de sommeil entre le jour et la nuit (on l’appelle la dysrythmie du soir).

Anticiper la crise

Vous pouvez préparer bébé pour faciliter un endormissement plus paisible :

  • Ne l’empêchez pas de dormir la journée : il est faux de penser qu'il dormira mieux le soir, au contraire vous risquez de perturber ses cycles de sommeil !
  • Évitez l'agitation en fin de journée, faites-lui vivre des moments paisibles avant la tombée de la nuit.
  • En fin de journée, vous pouvez lui donner un bain ou lui faire prendre l'air en faisant une petite balade.

Garder son calme et agir !

S'il commence à s'agiter et à pleurer, vérifiez tout d'abord qu'il ne s'agit pas d'un problème de couche sale, de faim, de rot coincé, de douleur (s'il replie par exemple ses jambes sur le ventre ou s'il se tortille, il peut s'agir d'un mal de ventre, le massage circulaire peut alors l'aider).

Conseils lorsque tous ses besoins sont remplis.

  • Prenez-le dans vos bras : allongez-le sur le ventre et placez-le sur votre avant-bras par exemple. Bercez-le, parlez-lui calmement, rassurez-le, dites-lui que vous l'aimez, chantez, faites-lui écouter des chansons douces... tout ce qui peut lui apporter du réconfort est à essayer.
  • Essayez de l'emmailloter ou de le mettre dans une écharpe de portage : il retrouvera les sensations qu'il avait in utero et qui le rassureront. Le contact peau à peau peut aussi être efficace.
  • Enfin, si rien y fait, vous pouvez le coucher, le laisser pleurer, mais revenez le voir régulièrement avec toujours le même but : le rassurer.

Garder son calme avec les enfants, c'est une règle d'or !