Sommaire

Un enfant précoce n’est pas systématiquement dyspraxique, et inversement. Mais précocité et dyspraxie sont deux caractéristiques souvent associées chez les enfants. Explication de ces termes et de leur lien.

Qu’est-ce que la dyspraxie ?

Une maladresse pathologique

La dyspraxie est ce que l’on appelle couramment une maladresse pathologique. C’est un trouble de la planification des gestes intentionnels organisés en séquences qui touche spécifiquement les enfants, sans pour autant qu’ils présentent de déficit intellectuel ou musculaire. Les réflexes, par exemple, sont conservés.

Un trouble fluctuant

La dyspraxie est un trouble qui peut être fluctuant : un enfant qui réussit une fois un geste sans difficulté peut, une autre fois, être incapable de le faire.

Des difficultés à l'école

Les enfants dyspraxiques tombent souvent, se cognent, ont des difficultés dans les jeux d’assemblages, l’écriture ou le dessin. À l’école, bien que brillants à l’oral, ils éprouvent rapidement des difficultés et redoublent fréquemment.

Qu’est-ce qu’un enfant précoce ?

Un enfant précoce possède un âge mental supérieur à son âge réel de 2 à 7 ans.

Il a souvent une bonne mémoire, une bonne culture générale, un vocabulaire soutenu et une grande rapidité pour résoudre les problèmes. Il possède généralement une grande créativité et une forte sensibilité. Mais il reste dans le plaisir immédiat et la toute-puissance, ce qui l’empêche de faire l’effort d’apprendre et de mettre en place des stratégies : il reste sur ses acquis et manque de motivation, ce qui entraîne fréquemment un isolement social, une sous-estimation et une mauvaise gestion du temps et de l’espace.

Lire l'article Ooreka

La dyspraxie chez l’enfant précoce

Certains enfants précoces rencontrent des difficultés qui ne sont pas caractéristiques de leur précocité mais de la dyspraxie qui l’accompagne. Tous les enfants précoces ne souffrent pas de dyspraxie, mais un enfant précoce en souffrance est souvent un enfant précoce dyspraxique. De la même manière, un enfant dyspraxique n’est pas forcément précoce.

Quels sont les signes de la dyspraxie chez l’enfant précoce ?

L'enfant dyspraxique précoce souffre d'une dissociation entre le savoir et le savoir-faire. Il comprend et s’exprime très bien, mais il a des difficultés à faire ce qu’on lui demande, ou le fait par des chemins détournés. Comme il sait, il n’a pas besoin de mettre en place de stratégie et ne planifie pas.

Il éprouve des difficultés à l’école car il a du mal à écrire. Il a souvent des problèmes de comportement et supporte peu l’autorité.

Un test de QI pour identifier la dyspraxie chez l’enfant précoce

La dyspraxie de l'enfant précoce est identifiée par un test de QI qui montre une différence significative entre l’indice de compréhension verbale et l’indice de raisonnement perceptif.

Lire l'article Ooreka

Comment accompagner un enfant précoce dyspraxique ?

La prise en charge d’un enfant précoce dyspraxique nécessite une rééducation qui fait intervenir plusieurs professionnels : orthophoniste, ergothérapeute, psychomotricien et psychologue ; le tout en coordination avec les parents et l’école.

Comme l'indiquent des experts de l'Inserm, « il n’existe pas d’intervention type dont l’efficacité serait unanimement reconnue ». Ainsi, la prise en charge doit être adaptée au profil de l’enfant et ils recommandent de « prescrire des séances de groupe pour les enfants les moins touchés et des séances individuelles pour les autres ». Les interventions centrées sur l’apprentissage nécessaire à la scolarité et à la vie quotidienne doivent être privilégiées.

Lire l'article Ooreka

À l’école, l’enfant peut bénéficier d’une auxiliaire de vie scolaire (AVS) pour lui venir en aide, ainsi que de plus de temps que les autres pour la pratique scolaire.

Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Maladies du bébé

Sommaire

Troubles et maladies du bébé

Insuffisance cardiaque du nourrisson Enlever une dent de lait sans douleur Poussée dentaire Scoliose chez le bébé Bronchiolite du nourrisson Ne pas confondre angine et scarlatine ! Liniment oléocalcaire : ses bienfaits pour la peau de bébé Spasme du sanglot Encoprésie Vaccins de bébé Syndrome du biberon Faut-il laisser pleurer son bébé ? Bégaiement de l'enfant Allergie aux couches Soulager les coliques du nourrisson Croup Asthme du nourrisson Diarrhée chez les bébés Colique du nourrisson Leucémie chez l'enfant Dentition de l'enfant Bébé sourd Infection urinaire chez le bébé Carie chez l'enfant Hypotonie du nourrisson Rhume chez le nourrisson Macrocéphalie Dyspraxie et précocité Syndrome de Silverman Pedodontie Sténose du pylore Syndrome de reye Hoquet du bébé Apnée du nourrisson Acné du nourrisson Toux du nourrisson Le SRO : contre la déshydratation des nourrissons Trachéo-bronchite Enfant hyperactif Constipation du bébé et de l'enfant Diabète type 1 enfant Attention aux douleurs du cou chez l’enfant Respiration du nouveau-né Mycose chez le bébé Dysplasie de la hanche Syndrome pieds-mains-bouche Que faire en cas de convulsions fébriles ? Soigner l’érythème fessier du nourrisson Dépistage auditif bébé Torticolis chez le bébé Urticaire chez le bébé Soulager les poussées dentaires chez les bébés Enfant autiste Rubéole Tache de naissance Première dent Conjonctivite chez l'enfant Bébé à la tête plate Oreillons Traiter la coqueluche Jaunisse du bébé Régurgitation du bébé Bébé secoué Crise d'épilepsie chez l'enfant Traitement de la scarlatine chez l'enfant Convulsions fébriles Bébé qui pleure le soir Coqueluche chez le bébé Roséole Protéger la peau de son bébé Chute des dents de lait Maladies infantiles L'énurésie : l'incontinence de l'enfant Vue du nourrisson Mégalérythème Souffle au cœur chez l'enfant Pyélonéphrite chez le bébé Croûtes de lait

Mort subite du bébé

Mort subite du nourrisson

Ces pros peuvent vous aider