Dysplasie de la hanche

À jour en Juin 2018

Écrit par les experts Ooreka

Getty / Lighthaunter

Définition de la dysplasie de la hanche

La dysplasie de la hanche est une malformation de l'articulation de la hanche. C'est une pathologie qui touche essentiellement les nouveau-nés, elle est dite congénitale. Elle est due à une mauvaise formation de la hanche durant la grossesse. La dysplasie de la hanche peut aller d'une légère laxité (relâchement) de la cavité jusqu'à la luxation (déplacement) complète de la hanche. Le diagnostic précoce (dès la naissance), permet un meilleur rétablissement et évite des complications pouvant se répercuter jusqu'à l'âge adulte.

Étymologie : « Dys » pour malformation, et « plasie » pour la formation du tissu.

Diagnostic de la dysplasie de la hanche

Le diagnostic, dès les premiers mois de vie, permet une guérison sans séquelles. Ainsi nous évitons la survenue, à l'âge adulte, de douleurs articulaires  (articulation déformée et instable), d'arthrose, d'une boiterie, voire le port d'une prothèse de hanche complète.

Diagnostic clinique

À la naissance, la recherche d'une dysplasie de hanche est obligatoire. Sage-femme et pédiatre examinent donc les hanches du bébé, notamment par la manœuvre de Barlow, la plus fiable.

Diagnostic para-clinique (en dehors de la clinique)

Les spécialistes reconnaissent que certains des cas les plus bénins peuvent ne pas être détectés lors d'un examen physique. La radiographie et l'échographie permettent alors de préciser le diagnostic si un doute subsiste.

La radiographie

L'imagerie pédiatrique est assurée par des radiopédiatres ; ce sont des médecins radiologues qui ont choisi de se spécialiser dans l'imagerie des enfants : du bébé à la naissance, l'aspect des différents organes ou du squelette d'un corps en croissance et la manière de réaliser des examens chez des enfants. La radiographie est l'examen de base de la surveillance du traitement et de la croissance des hanches.

L'échographie

L'échographie utilise des ultrasons émis par une sonde et transmis dans les tissus qui les réfléchissent pour former une image de la région examinée. Elle peut être couplée à une sorte de radar pour l'étude des vaisseaux (doppler). Pour la dysplasie de la hanche, l'échographie sera faite en fonction de la situation (à risque ou non), dès la naissance ou 6 semaines après à la naissance. Le diagnostic échographique de la hanche fait l'objet d'une classification officielle (classification de Graf) qui va de I à IV, de la normalité à la luxation.

Symptômes de la dysplasie de la hanche

Le plus souvent, les médecins constatent des signes révélateurs tels que :

  • Des plis sous-fessiers non symétriques,
  • Une différence de longueur des cuisses,
  • Un écartement non symétrique avec une réduction du mouvement sur le côté du corps avec la dislocation,
  • Une jambe plus courte du côté de la luxation de la hanche.

Traitement de la dysplasie de la hanche

Le premier objectif du traitement est de ré-emboîter l'articulation, qui se compose d'une sphère (la tête fémorale) dans un trou plus ou moins creusé (le cotyle).

Après remise en place, il faut stabiliser la hanche réduite de façon à ce que l'articulation se remette en tension et maintienne la tête du fémur en bonne position.

Bon à savoir : Traiter veut également dire qu'il faut accepter un risque. En effet, les positions utilisées pour le traitement peuvent perturber la vascularisation de la tête du fémur et entraîner des douleurs, une destruction voire une nécrose de la tête du fémur.

Les différents types de traitements disponibles pour la dysplasie de la hanche

  1. Le lange câlin (traitement de référence) : vendu en pharmacie pour 38,78 €, le coussin d'abduction (écartant les cuisses sur le côté) ou « lange câlin » est composé seulement de coton, lavable et réutilisable plusieurs fois. Il est laissé en place à temps plein, mais peut en général être enlevé pour les bains, et il est recommandé de laisser 2 heures de liberté par jour. Le traitement et ses effets sont contrôlés par échographie toutes les 4 à 6 semaines jusqu'à normalisation de l'anatomie.
  2. La culotte d'abduction : elle agit selon le même principe que le lange câlin, mais la culotte d'abduction est en molleton plastifié, avec des sangles qui permettent un ajustement autour du tronc.
  3. Le harnais de Plavlik : il permet une fixation sur le tronc et les épaules, et de 2 sangles qui s'adaptent sur les pieds et sont reliées à la sangle du tronc. C'est le chirurgien orthopédiste qui permet le réglage du harnais de Plavik.
  4. La traction de Somerville-Petit : il s'agit d'un système de remise en place d'une (ou de 2 hanches) luxée(s) par jeu de traction progressive sur une période moyenne de 3 semaines.
    Ce traitement se déroule en hospitalisation, et est suivi d'une immobilisation en plâtre pendant environ 3 mois, puis d'attelles de hanches pendant environ 4 mois.
    Il s'adresse aux hanches luxées en position haute (la tête du fémur est au-dessus du cotyle) et qui sont irréductibles lors de l'examen clinique. Ce traitement se fait souvent après l'âge de 6 mois.
  5. Le plâtre dorso-pelvi-pédieux (plâtre qui prend le bassin, les deux hanches, les genoux, les chevilles et les pieds) : le plâtre dorso-pelvi-pédieux est souvent un traitement de consolidation après la traction de Somerville-Petit.
    Il se réalise sous anesthésie générale, est changé tous les mois ou tous les 45 jours pendant une durée de 3 mois.
    Parfois un plâtre dorso-pelvi-pédieux peut être réalisé directement sans traction préalable.
  6. Les attelles à hanche libre de Pierre Petit : il s'agit d'un système de maintien des hanches en position d'écartement, qui a l'avantage de pouvoir être enlevé par les parents. Les attelles de Pierre Petit s'utilisent le plus souvent en relais des plâtres.
  7. La réduction chirurgicale de la hanche : dans certains cas, seule la chirurgie peut remettre en place la tête du fémur dans le cotyle. Cette chirurgie s'accompagne obligatoirement d'une immobilisation dans un plâtre dorso-pelvi-pédieux pendant plusieurs mois.

Surveillance d'une dysplasie de la hanche

La surveillance des hanches est indispensable lors d'une dysplasie. Lorsque l'enfant aura acquis la totalité de ses capacités de marche, une radiographie de contrôle du bassin de face sera refaite, et très souvent à nouveau vers l'âge de 4-5 ans.



Pour aller plus loin



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !