Introduction aux aliments complémentaires

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka

Sommaire

Quand le lait maternel ou infantile ne suffit plus pour couvrir les besoins nutritionnels du bébé, il est temps d’introduire de nouveaux aliments : les aliments complémentaires.

Quand commencer ce changement ? Comment s’y prendre ? Ce zoom vous guide.

Aliments complémentaires : autour de 6 mois

Les aliments complémentaires désignent tous les aliments autre que le lait maternel ou infantile :

  • selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un nourrisson devrait être exclusivement allaité pendant ses 6 premiers mois et l'allaitement devrait idéalement se poursuivre pendant les 2 premières années ;
  • le passage d’un allaitement exclusif à une alimentation diversifiée se produit généralement dans la période comprise entre 4 à 6 mois et 18-24 mois ;
  • mais, en fonction du rythme de croissance du bébé, l’introduction des aliments complémentaires peut être nécessaire plus tôt ;
  • en dessous de 4 mois, les bébés n’ont en général pas besoin d’aliments complémentaires.

Un bébé prêt à goûter à de nouveaux aliments possède les aptitudes suivantes :

  • sa production de salive devient suffisante ;
  • les enzymes permettant de digérer les aliments sont là ;
  • ses dents commencent à apparaître ;
  • ses besoins en énergie et en nutriments deviennent plus importants.

Aliments complémentaires : comment s’y prendre ?

L’introduction de nouveaux aliments doit compléter l’allaitement et doit être appropriée :

  • les aliments complémentaires doivent être donnés en quantité et à la fréquence voulue, c’est-à-dire en répondant à l’appétit ou à la satiété de l’enfant (il faut être attentif aux signes de rassasiement) ;
  • avec une consistance et une texture adaptées à âge de l’enfant (de nouvelles textures peuvent être essayées à partir de 6-8 mois, soit environ 2 mois après le début de la diversification) ;
  • ils doivent être sûrs, c’est-à-dire donnés avec des ustensiles propres et dans des conditions salubres ;
  • de manière variée, pour couvrir les besoins nutritionnels de l’enfant à cette période.

Selon l’OMS, il n’y a pas d’aliments précis pour commencer, mais ils doivent répondre aux besoins nutritionnels du bébé pendant la période de transition entre l’allaitement exclusif et l’alimentation variée : céréales, viandes et substituts (poissons, œufs, légumineuses, tofu, …), légumes et fruits.

Il est conseillé de n’introduire qu’un seul aliment à la fois, à un intervalle de 3 à 7 jours, de manière à laisser du temps à l’enfant pour s’habituer au nouvel aliment et pour surveiller s’il développe une réaction allergique : 

  • proposez des aliments solides, à la cuillère (les experts conseillent de reproposer jusqu’à 10 fois un nouvel aliment : « un bébé peut avoir besoin de temps pour l’apprécier », mais de ne pas forcer un enfant à manger) ;
  • commencez par donner des aliments en purée lisse, et évoluez vers d’autres textures petit à petit ;
  • évitez d’ajouter du sel, du sucre, des matières grasses ou encore des épices dans les aliments proposés (toutefois l’introduction des produits sucrés doit être réalisée le plus tard possible et de manière limitée).

Pour prévenir les allergies alimentaires, l’âge le plus adapté pour l’introduction des aliments réputés allergènes (tels que les œufs et l’arachide) étant compris entre 4 et 6 mois, au début de la diversification alimentaire (source : Santé publique France, 13 septembre 2021).

Pour aller plus loin

  • Comment repérer l’anorexie chez l'enfant ? Plus tôt elle sera prise en charge, plus elle a de chances d'être vaincue.
  • Si donner des aliments bio à votre bébé vous intéresse, suivez nos conseils pour vous lancer !
  • Pour acquérir les grands repères et les principes généraux de l’alimentation des bébés, on fait pour vous un tour d'horizon complet de la question.

Ces pros peuvent vous aider